1. Carolyn CARLSON
    How old is the ocean, 2019
    Encre de Chine et gouache sur papier Arches
    57,5 x 76 cm
  2. Carolyn CARLSON
    I must walk, 1997
    Encre de Chine sur papier Arches
    66 x 92 cm
  3. Carolyn CARLSON
    The Wolf looked out, 1995
    Encre de Chine sur papier velin Arches
    57,5 x 77 cm
  4. Carolyn CARLSON
    I am no longer a child, 1985
    Encre de Chine sur papier vélin
    32 x 23,9 cm

    Collection du CNAP - Centre National des Arts Plastiques
  5. Carolyn CARLSON
    Those whose crowns of thorn, 1985
    Encre de Chine sur papier vélin
    30,1 x 23,9 cm

    Collection du CNAP - Centre National des Arts Plastiques
  6. Carolyn CARLSON
    The traveler, 1988
    Encre de Chine sur papier vélin
    32 x 23,9 cm

    Collection du CNAP - Centre National des Arts Plastiques


Présentation

Durant ses années de formation à New York, alors qu’elle danse pour Alwin Nikolais, Carolyn Carlson côtoie l’avant-garde américaine des années 60 comme les musiciens Barre Philips, John Cage et Philip Glass, ou bien encore le philosophe et créateur lumière John Davis, qui devient son compagnon. C’est à cette époque qu’elle réalise ses premières encres, accomplies d’un souffle dans le cadre d’une initiation à la méditation zen. Elle y trouve une clé pour son travail de danseuse, « la joie de faire des gestes spontanés sans idée en tête, seulement l’acte de faire » (propos de l’artiste) et ne cessera dès lors d’unir sa pratique de la danse à celles, plus confidentielles, de la calligraphie et de l’écriture.

Source de contemplation, mais également d’inspiration et de création poétique, le dessin spontané vient, ici et là, se mêler aux mots, citations et poèmes, fruits d’un temps plus long, qui est celui de la composition et de la réflexion. Deux temporalités qui, par leur cohabitation sur le papier, semblent désigner les énergies contraires et néanmoins complémentaires qui constituent pour Carolyn Carlson les éléments d’une maîtrise instinctive de la perfection du geste. Ou quand la poésie se dérobe au seul langage pour s’énoncer autrement dans l’espace, c’est-à-dire par la ligne (celle du corps, du signe ou de la lettre) et le mouvement (de la main, de l’esprit et du cœur).


Carolyn Carlson a créé plus d’une centaine de pièces, dont un grand nombre constituent des pages majeures de l’histoire de la danse : Density 21.5, Blue Lady, Signes (créé en collaboration avec le peintre Olivier Debré), Writings on Water, ou encore Dialogue with Rothko. En 2006, son œuvre a été couronnée par le premier Lion d’or jamais attribué à une chorégraphe par la Biennale de Venise. Elle est aussi commandeur des Arts et des Lettres, et officier de la Légion d’honneur.

Fondatrice de l’Atelier de Paris – Carolyn Carlson à la Cartoucherie en 1999, elle a été, avec la Carolyn Carlson Company qu’elle dirige aujourd’hui, artiste associée au Théâtre national de Chaillot de 2014 à 2016.


En 2011, elle fit don de ses archives à la France. Conservées à la BnF, elles y furent exposées pour la première fois au public en 2013/2014. Depuis, son œuvre graphique a notamment été exposée au musée La Piscine de Roubaix (2017), chez agnès b. à Paris (2018) ou encore à Arles à la Chapelle du Méjan (2019).

array(1) { ["transform"]=> array(2) { ["fit"]=> array(2) { [0]=> int(1920) [1]=> int(1080) } ["compress"]=> int(100) } }