1. Michaële-Andréa Schatt
    Parade (Fillette), 2001
    Technique mixte sur toile
    130 x 97 cm
  2. Michaële-Andréa Schatt
    Parade (Le chien rouge), 2001
    Technique mixte sur toile
    130 x 97 cm
  3. Michaële-Andréa Schatt
    Paysage en ose 1, 2008
    technique mixte sur toile
    185 x 240 cm
  4. Michaële-Andréa Schatt
    Jardin de traverse, 2013-2014
    Technique mixte sur toile
    185 x 240 cm
  5. Michaële-Andréa Schatt
    Nocturne, 2014
    Technique mixte sur toile
    185 x 240 cm
  6. Michaële-Andréa Schatt
    Claire-voie, 2014
    Technique mixte sur toile
    180 x 150 cm
  7. Michaële-Andréa Schatt
    Blue velvet, 2014
    Technique mixte sur toile
    185 x 240 cm
  8. Michaële-Andréa Schatt
    Joan's garden, 2014
    Technique mixte sur toile
    180 x 150 cm
  9. Michaële-Andréa Schatt
    Blow-up 1, 2014
    Blow-up
    Résine sur calque polyester
    158 x 110 cm
  10. Michaële-Andréa Schatt
    Blow-up 2, 2014
    Blow-up
    Résine sur calque polyester
    158 x 110 cm
  11. Michaële-Andréa Schatt
    Blow-up 3, 2014
    Blow-up
    Résine sur calque polyester
    158 x 110 cm
  12. Michaële-Andréa Schatt
    Les pieds dans le plat, 2010
    céramique émaillée métal
    (Ø)39 x (h)8 cm (plat) 11,5 x 7,5 x 22,5 (chaussure 1) 13 x 8 x 23 cm (chaussure 2)
    Edition de 9 ex + 1 AP
  13. Michaële-Andréa Schatt
    Casque et gants de moto (gris), 2010
    céramique émaillée métal
    Dimensions variables
    Edition de 6 ex + 1 AP
  14. Michaële-Andréa Schatt
    Le temps des c(e)rises, 2016
    Le temps des c(e)rises
    Céramique


Présentation

La pratique de la peinture chez Michaële-Andréa Schatt est un outil simple, direct et révélateur. C'est aussi dans une sorte de creux, de silence et de pénombre, un espace où il est possible de reprendre son souffle, de respirer.

Sa peinture est à la fois affleurement de surface et mise en abyme, où l’obscurité et l’ombre, tissent et traversent la représentation. Michaële-Andréa Schatt peint la mémoire des paysages en libres associations, où le sujet n'apparaît pas comme unité de l'image et du lieu, mais comme une combinatoire, une invention d'éléments disparates. Elle procède par recouvrements successifs superposant les fragments mémoriels. Les «empreintes» évoquent ombres de manteaux, paysages, paysages-manteaux, paysages mentaux…

 

Michaële-Andréa Schatt développe un travail de peinture où les procédures techniques induisent des retournements, des inversions, des écarts, des fragmentations d’images. L’ensemble de cet œuvre, avec le travail consacré à la céramique, tresse les trois axes du paysage, du corps et du textile.

 

Michaële-Andréa Shatt est née en 1958.
Elle vit et travaille à Montreuil et enseigne à l’Université Paris VIII.