1. Jacqueline DAURIAC
    Trapèze bleu avec femme en noir, 2016
    Caisson lumineux et figurante
  2. Jacqueline DAURIAC
    Vertigo, 2007 / 2014
    Installation lumineuse
  3. Jacqueline DAURIAC
    Suivez mon panache rose, 2012
    Installation lumineuse réalisée dans le cadre de La Nuit Blanche 2012 (Ivry-sur-Seine)
  4. Jacqueline DAURIAC
    Des caissons lumineux pour gardiens de musée, 1989
    Installation lumineuse


Présentation

 

Le travail de Jacqueline Dauriac se manifeste depuis plusieurs années sans qu’aucun formalisme ne s’en dégage. Ses installations in situ et in senso portent une attention particulière à la lumière (naturelle ou colorée) et aux liens qui nous unissent à l’espace de son expérience. Ce faisant, l’artiste laisse affleurer, comme une ligne sensible traversant toute son œuvre, une certaine « géométrie de la sympathie », capable de mobiliser aussi bien le corps du spectateur que sa sensibilité.

Si l’essentiel de son travail reste proche de l’art conceptuel, il n’en demeure pas moins ici question de peinture, qu’il s’agisse de ses premières œuvres des années 1970 ou de Suivez mon panache rose (Nuit Blanche, 2012, Ivry-sur-Seine, commissariat : Laurent Le Bon) qui compose un hommage à Nicolas Poussin et à ses paysages idéaux.

Jacqueline Dauriac développe également depuis les années 1980 une pratique graphique plus confidentielle, qui mêle aplats de couleur pure, grattage et textes. Des dessins qu’elle réalise sur papier calque, dont la matité soyeuse, l’aspect translucide et la fragilité lui rappellent la douceur de la peau.

Née à Tarbes, Jacqueline Dauriac vit et travaille à Paris et Ivry-sur-Seine. Ses œuvres ont notamment été exposées à Rotterdam (Musée Witte de With), Hambourg, Cologne et Stuttgart (Kunstverein), Bruxelles (Palais des Beaux-Arts), Stockholm (Moderna Museet) et Paris, où le MAMVP lui consacra deux expositions personnelles (1975 et 1984). Elle a également participé à plusieurs éditions de Nuit Blanche (Paris) et Expériences Pommery (Reims). Une exposition lui sera consacrée en 2018 à la galerie Fernand Léger (Ivry-sur-Seine).