1. Moussa SARR
    Corpus Delicti 2, 2014
    Photograph
    153 x 125 cm
    Edition of 5 ex
  2. Moussa SARR
    Corpus Delicti 1, 2014
    Photograph
    153 x 125 cm
    Edition of 5 ex
  3. Moussa SARR
    Corpus Delicti 3, 2014
    Photograph
    153 x 125 cm
    Edition of 5 ex
  4. Moussa SARR
    Corpus Delicti 4, 2014
    Photograph
    153 x 125 cm
    Edition of 5 ex
  5. Moussa SARR
    I'm afraid, 2014
    Ensemble de 4 photographie noir et blanc contrecollées sur dibond
    57 x 60 cm each
    Edition of 5 ex
    Collection François Pinault (ed. 1/5)
  6. Moussa SARR
    I'm afraid 1, 2014
    Photograph
    57 x 60 cm
    Edition of 5 ex
  7. Moussa SARR
    I'm afraid 2, 2014
    Photograph
    57 x 60 cm
    Edition of 5 ex
  8. Moussa SARR
    I'm afraid 3, 2014
    Photograph
    57 x 60 cm
    Edition of 5 ex
  9. Moussa SARR
    I'm afraid 4, 2014
    Photograph
    57 x 60 cm
    Edition of 5 ex
  10. Moussa SARR
    Rising Carpet, 2014
    sculpture multimedia
    Socle : diam. 180 cm
  11. Moussa SARR
    Corps d'esclaves, 2013
    série Points de vue
    Video
    3 min.
    Edition of 5 ex
  12. Moussa SARR
    The Frog and the Scorpion, 2012
    Video
    02min.30sec.
    Edition of 5 ex
  13. Moussa SARR
    Versus Video, 2012
    Video
    35sec
    Edition of 5 ex
  14. Moussa SARR
    L'étalon noir, 2011
    Video
    1min 35sec
    Edition of 5 ex
    Epuisé. Collections FRAC PACA (ed.1/5) // FNAC (ed. 5/5)
  15. Moussa SARR
    Liberta, 2009
    Photograph
    110 x 73 cm
    Edition of 5 ex
    Yvon Lambert


Introduction

Si Moussa Sarr utilise l’atelier comme un espace de recherche et d’expérimentation lui permettant d’agrandir son corpus de personnages animaliers, c’est également un lieu de retrait et de lâcher prise où, à travers l’interprétation d’animaux, il se laisse aller à ses délires pour, enfin, devenir un homme-animal. Dans cet espace où personne ne regarde, ni ne juge, le seul témoin reste la caméra. Il s’agit pour l’artiste d’un asile autant politique, social qu’artistique.

Chaque personnage se distingue par des traits de caractères et des mises en situations précises, qui semblent être le corollaire de leur identité, ici clairement assignée : le singe est en état de jouissance sexuelle, l’étalon parade et combat, le coq fait carillonner son chant. La question des préjugés est au cœur de la pratique de Moussa Sarr, qui fait souvent écho à l’actualité avec humour et positionne le spectateur, riant et gêné, dans une certaine zone d’inconfort.

Certains de ses plus récents personnages, abordant des problématiques ayant trait plus particulièrement au champ de l’art. Parmi ceux-là, Super Congo, un singe dont les peintures ont intégré le circuit de l’art contemporain international, ou bien encore Duckman, un canard philosophe et critique d’art. Renouvelant ses sujets d’expérimentation, Moussa Sarr enrichi également son corpus de vidéos et de performances par l’exploration de médiums aussi variés que la photographie (Corpus delicti, 2014) et la peinture (Super Congo, 2016).

Moussa SARR est né à Ajaccio en 1984. Il vit et travaille à Paris.

Après un cursus à l'école des Beaux-Arts de Toulon, Moussa Sarr participe au Salon d'Art contemporain de Montrouge et à Jeune création en 2008. En 2010, son travail est sélectionné pour la FIAC, dans le programme Cinéphémère de la Fondation Ricard. Invité en 2011 par la BJCEM (Biennale des Jeunes Créateurs de l'Europe et de la Méditerranée, Thessalonique, Grèce), il présente en 2012 ses vidéos au Musée de Beaux-Arts de Boston à l'occasion de la 17ème édition du Annual Boston French Film Festival. En 2013, il étudie au Fresnoy - Studio national des arts contemporains avant de participer à l'exposition collective « Mirages d'Orient, grenades et figues de barbarie » à la Collection Lambert en Avignon.

Lauréat du Prix Coup de Coeur Mécènes du Sud (Marseille) en 2012, Moussa Sarr fut également finaliste du Prix Meurice pour l'art contemporain en 2016. Ses oeuvres ont aujourd'hui intégré de prestigieuses collections parmi lesquelles figurent le Centre Pompidou (Paris), la Maison Européenne de la Photographie (Paris), le Musée des Beaux-Arts d'Arras, le FRAC PACA, le FNAC - Fond National d'Art Contemporain (Paris), la Collection Lambert (Avignon), la Collection François Pinault ainsi que de nombreuses autres collections privées françaises et internationales.