Sensible au dessin depuis son enfance, Martin Ferniot a façonné son regard grâce aux oeuvres d'artistes comme Marc Desgrandchamps, François Boirond, Gérard Fromanger ou Emmanuel Régent.


Martin Ferniot pratique le dessin de manière figurative au feutre, crayon de couleur, et à l'aquarelle. Ses dessins se composent de hachures et/ou de coulures verticales qui dévoilent et superposent des personnages aux allures transparentes. Ils sont les acteurs d'un monde en agitation où ils semblent pourtant s'effacer, s'éteindre. Martin Ferniot observe attentivement et photographie en amont les mouvements, les flux qui interagissent entre l'individu et la société.


On peut aussi sentir  dans ses dessins les rapports qu'entretient notre histoire personnelle à celle du groupe. Observer l'influence de la société, du collectif sur l'individu? de ces corps qui se traversent : comment figurer l'idée de « masse » et son absorption de notre individualité ? Martin Ferniot tente justement de replacer le regard sur ces personnages en les cernant par le vide. Il efface les espaces d'hyperactivité grouillante au profit de la figure humaine, dans un jeu d'isolation et de liquidité de la matière picturale, l'espace du papier devenant en quelque sorte l'écran où se projettent nos corps introspectifs.


Texte de Gaël Charbeau pour la bourse Révélations Emerige 2014